La diff

image_pdfimage_print

Question : Quelle est la diffĂ©rence entre l’intĂ©rĂȘt -ribĂą- perçu sur un prĂȘt et le bĂ©nĂ©fice obtenu suite Ă  une vente (comme la MourĂąbaha par exemple) ?

Réponse : La principale différence entre les deux tient dans le fait que :

  • le bĂ©nĂ©fice rapportĂ© par une vente est lĂ©gitime et justifiĂ© Ă©tant donnĂ© qu’il reprĂ©sente la rĂ©munĂ©ration d’un travail effectuĂ© et d’une prise de risque (dans la fabrication du produit vendu, son importation, son transport, son stockage ou sa commercialisation…)

  • l’intĂ©rĂȘt perçu sur un prĂȘt est, lui, un profit abusif et inĂ©quitable en ce sens qu’il est garanti de façon contractuelle pour le crĂ©ancier sans que celui-ci n’ait eu Ă  fournir un quelconque travail (reconnu comme tel en droit musulman) et sans qu’il n’ait non plus Ă  partager les risques auxquels s’expose le dĂ©biteur. En effet, dans le cas oĂč ce dernier a empruntĂ© dans le but de rĂ©aliser un investissement, il n’est jamais certain de pouvoir faire fructifier comme prĂ©vu la somme empruntĂ©e : son gain Ă  lui n’est donc pas garanti, et ce, malgrĂ© les efforts et le travail qu’il peut effectuer….

    Et si les conditions modestes dans lesquelles se trouve une personne sont telles qu’elles le contraignent Ă  un moment donnĂ© Ă  avoir recours Ă  un emprunt pour satisfaire certains de ses besoins essentiels, il est Ă©vident que, si sa situation n’Ă©volue pas, le remboursement du capital initial est dĂ©jĂ  une charge considĂ©rable pour lui. Que dire alors du poids qui lui est imposĂ© si, en plus, l’emprunt de dĂ©part est majorĂ© par des intĂ©rĂȘts dont le montant ne cesse d’augmenter Ă   chaque non respect de l’Ă©chĂ©ance convenue ?

    Wa AllĂąhou A’lam !!

    Et Dieu est Plus Savant !