Conditions requises pour l'obligation de la zakâte


Règle N°1 : Pour que la zakâte soit imposée à un(e) musulman(e), celui (celle)-ci doit réunir les conditions suivantes :

  • être sain(e) d’esprit,
  • avoir atteint l’âge de la puberté (bouloûgh)
  • être propriétaire de biens imposables (or, argent, marchandises commerciales,…) pendant une année lunaire complète qui :
    • soient en plus du nécessaire pour ses dépenses essentielles
    • atteignent le seuil d’imposition (niçâb) après retranchement des dettes éventuelles

Important : Si au début et à la fin de l’année lunaire les biens atteignent le niçâb, ils sont imposables, et ce, même si leur montant diminue et passe en dessous du niçâb en cours d’année.


 

Règle N°2 : Le non musulman, le non bâligh et le pauvre n’ont donc pas à s’acquitter de la zakâte. De même, la zakâte n’est pas fardh non plus:

  • à celui/celle qui possède des biens dont la valeur n’atteint pas le seuil d’imposition (niçâb)
  • pour celui/celle qui possède des biens imposables atteignant le niçâb, mais qui est si endetté(e) que, après retranchement de ses dettes, la valeur de ce qui lui reste n’atteint pas le seuil d’imposition
  • pour celui/celle qui ne possède aucun bien imposable depuis au moins une année lunaire entière.

 

Important : Les règlements énoncés dans ce billet sont conformes à l’interprétation juridique des savants hanafites.

https://www.finance-muslim.com/2009/04/conditions-zakate