Etre actionnaire dans une société dont l’activité est problématique

Question : Est-il permis à un musulman d’être actionnaire dans une société qui exerce, de façon secondaire, une activité illicite ?

Réponse : Il y a deux avis principaux qui existent sur le sujet :


  • Selon un très grand nombre de savants contemporains, il n’est en aucun cas permis à un musulman d’investir dans une société cotée qui exerce une activité illicite, et ce même si celle-ci se fait de façon secondaire et que les revenus produits de cette activité sont infimes (moins de 5%). Cet avis est notamment celui de Cheikh Abdoullah bin Bî’ah, Dr An Nachmiy, Cheikh Ahmad Al Kourdiy, Dr Ali Ahmad As Sâloûss et de Cheikh Adh Dharîr ; il est aussi celui qui a été retenu par Al Madjma’oul Fiqhiy de Makkah (liée à la Ligue Islamique Mondiale), la Commission Permanente pour la Recherche et l’Iftâ d’Arabie Saoudite, le Comité de Conformité Shariah de la Kuwaït Finance House, de la Dubaï Islamic Bank et de la Banque Islamique Soudanaise.

 

Continue reading

Share

Question : Nombreux sont les savants musulmans contemporains qui soulignent qu’il n’est pas permis à un musulman d’être actionnaire dans une société dont l’activité principale contrevient aux limites de la Sharia (secteurs de l’alcool, des produits à base de porc, des services de la finance conventionnelle, etc…). Mais qu’en est-il de l’investissement dans les sociétés dont l’activité principale, tout en étant licite, est conduite d’une façon qui ne respecte pas l’éthique musulmane… Je pense notamment aux multinationales qui polluent à grande échelle ou celles qui ne respectent pas les droits fondamentaux de leurs employés ?…

Continue reading

Share