La moushâraka en pratique

Les opĂ©rations de moushâraka rĂ©alisĂ©es par les Ă©tablissements de finance islamique se font la plupart du temps dans le cadre de contrats de shirkat ‘inân. La banque et le client Ă©tablissent une sorte d’entreprise mixte (joint-venture) et s’engagent de façon contractuelle, suivant des conditions biens dĂ©finies d’un commun accord, Ă  combiner des ressources leur appartenant dans le but de rĂ©aliser une opĂ©ration commerciale. Les profits Ă©ventuels sont rĂ©partis entre eux suivant un ratio prĂ©dĂ©fini tandis que les pertes sont supportĂ©es par chacune des parties Ă  hauteur de sa participation dans le capital.

Continue reading

Share

La shirka – mousharaka

Le terme shirka (ou moushâraka) signifie littĂ©ralement « association », « collaboration », « coopĂ©ration ». Dans le droit musulman, la shirka peut, Ă  l’origine, ĂŞtre de deux sortes :


  • shirkat milk : cette expression dĂ©signe la propriĂ©tĂ© conjointe d’un bien par deux (ou plus de deux) parties. Cette propriĂ©tĂ© conjointe peut ĂŞtre volontaire (en ce sens qu’il rĂ©sulte de l’action des partenaires, comme l’achat en commun d’un bien –on parle alors de shirkat ikhtiyâr) ou non (en ce sens qu’il ne rĂ©sulte pas d’une quelconque action des partenaires, comme dans le cas d’un bien obtenu Ă  travers un hĂ©ritage commun – on parle alors de shirkat djabr).


Continue reading

Share